Accueil » Voyages » Découverte du Japon : Jour 11 – Hiroshima Park

Découverte du Japon : Jour 11 – Hiroshima Park

Nous voici arrivé en ville. Hiroshima, tristement connue pour « Little Boy », la bombe atomique qui explosa sur la ville, un jour d’été en Aout 1945 pendant la guerre. Mais les japonais, plutôt même les habitants ne sont pas du genre à se laisser abattre. Il n’a d’ailleurs pas fallu longtemps à cette ville pour renaitre de ses cendres. 4 ans après, la ville était revenue sur pieds, proclamée cité de la Paix. Certains affirmait que rien ne repousserait avant au moins une trentaine d’années, ils avaient tords, la nature reviendra sous une dizaine.

2009, soit 54 ans après ce triste épisode et la ville est resplendissante. Ne cherchez pas des décombres des bâtiments en ruine. La ville ayant été rasée il ne reste rien. Ici tout est neuf, bâtiments, gratte ciel, un vrai ville « américanisée » puisqu’à présent récente. Seul vestige, le Genbaku Dome, cet ancien palais d’exposition a survécu à l’attaque. Il n’était pas éloigné, au contraire ! La bombe atomique a explosé à 600m de lui, mais sa forme spéciale avec un dome métallique et aidé par un souffle d’explosion venant d’en haut, il est resté debout.

En direction du parc de la paix, érigé en souvenir de l’horreur de la guerre et de la bombe atomique, de multiples statues honore ceux qui ont périt. Hiroshima était à ce temps là, la 2e ville militaire du Pays, c’est pourquoi elle fut choisit par les Américain. Évidement, comme dans beaucoup de guerre, c’est avant tout la population qui en subit les conséquences.

hiroshimaLieu de pèlerinage et exemple de volonté, le Genbaku Dome surgit face à nous. Le bâtiment est juxtaposé au Parc Mémorial de la Paix. Beaucoup y voient un signe positif : il tiens debout, abimé, froissé mais donne un espoir : il faut se relever. Véritable symbole de la ville et patrimoine mondial, il n’est pas possible de s’en approché car tout autour, un système d’alarme fait le tour du bâtiment.

Approché par une guide locale, cette dernière nous informe sur les évènement historique. Ici ne pensez pas qu’on cherche à vous escroquer, ces guides sont payés par la ville et vous offre un service gratuit pour en découvrir les détails ! Quelques explications sur le Dome, sur la guerre, des images chocs de l’époque avant de se mettre en route sur un ancien cimetière. Ici les pierres ont été attaquée par la bombe. La surface à l’origine rugueuse est devenue lisse sous la chaleur intense : impressionnant ! Si vous regardez la photo de la statuette vêtue d’un habit rouge, vous remarquerez qu’à sa base, on voit clairement une surface noircie. A quelques mètres de là, nous arrivons à l’Hypocentre. C’est ici que la bombe à explosée. Un panneau affiche une photo de la destruction, c’est le point d’impact. Du moins à 600 mètres au dessus de notre tête puisque la bombe n’a pas touchée le sol mais a explosée en vol. Le temps de remercier notre guide qui ne manque pas de nous informer de la spécialité culinaire : l’okonomiyaki, une espèce de pizza japonaise basée sur une crêpe de farine et de poisson sur laquelle on garnit de choux, de viandes ou poissons et de nouilles.

Il n’est pas tard, nous décidons alors de nous rendre dans le Memorial Park. Nous tomberons nez à nez avec une grande statue. Très vite, celle ci est prise d’assaut par de nombreux collégiens venus en groupe. Respect et honneur, ceux ci chantent ensemble et dépose des grus en papier. Vous savez, ces espèce d’oiseau fait en Origami après une succession de pliage de feuille. L’histoire est émouvante : Sadako Sasaki, une petite fille qui avait survécue à l’explosion d’Hiroshima a développé une Leucémie fulgurante quelques années plus tard. La légende Japonaise disait que, si on réalisait 1000 grus de papier, on verrait alors son vœux exaucé. La petite fille n’en terminera que 644 principalement avec les notices de médicaments. Les enfants d’Hiroshima en ont fait leur martyr. Ils récoltèrent des fonds pour ériger la statue et chaque années, des collégiens de partout dans le monde, envoient des milliers de grus en signe de témoignage. 3 petites vitrines situés à l’arrière sont remplies avant d’être acheminée plus loin, dans un espèce de musée.

Promenade dans le parc, pour arriver devant la flamme. Celle-ci ne s’éteindra que lorsque les bombes atomiques seront abolies. Placé en plein milieu du parc, entre le Genbaku Dome et le Cenotaph : un monument en demi cercle dédié aux victimes de la bombe « Rest in Peace, for the error shall not be repeated » (Restez en paix, les erreurs ne doivent pas être répétées). Ce monument en arc vouté est censé protéger les âmes des victimes et au travers de celui-ci vous pouvez voir l’alignement de la flamme et du Dome.

Au loin, sur les rives du parc, on aperçoit le pont typique en forme de « T ». Ce dernier existait déjà à l’époque et fut abîmé par l’explosion. Il fut reconstruit. Pour ma part, c’est la 1ere fois que je vois un pont de cette forme ! Impossible de s’arrêter là, notre prochaine visite sera le Musée d’Hiroshima.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.