Accueil » Voyages » Découverte du Japon : Jour 11 – Hiroshima Museum

Découverte du Japon : Jour 11 – Hiroshima Museum

hiroshimamuseumQu’il est difficile de prendre des photos dans ce musée. Pas seulement à cause de la lumière tamisée qui y règne en maître pour mieux compter l’histoire tragique, mais surtout par respect. A quoi bon photographier ces horreurs ? Ma mémoire a su enregistrer le principal. Je ne suis pas un hippie, prêt à me battre contre ces armes, ni moins un fanatique de la guerre. Je suis un petit gars normal, qui cherche à comprendre et à me faire une idée. La visite me rappel les horreurs que j’ai découvert à Auschwitz lors d’un voyage en Pologne il y a des années. Pourquoi en arrive t-on là ?

Au départ il y avait la vie, la maquette montre une petite ville bien remplie, des quartiers, des écoles, des hopitaux et ce fameux pont en « T », gros plan sur le Genbaku Dome, appelé aussi le Dome de la bombe A (A-Bomb Dome). A droite, les décombres le matin du 6 aout 1945. Il ne reste plus rien, Quelques bâtiments en miettes, pas de traces de vie dans un rayon de 500 mètres, 75000 personnes viennent de mourir sur le coup. En guise de petit bâton rouge, l’épicentre de l’explosion. Des photos d’époque montre réellement la catastrophe. Au dessus de la maquette, on aperçoit une boule rouge situé à quelques mètres. La maquette respecte les échelles, c’est la bombe A qui explosa au dessus de la ville.

A l’étage, une reconstitution du dome presqu’à l’échelle réelle, des maquettes de bâtiment et notamment l’Hopital de la ville. Je l’ai prit en photo car, quelques semaines avant notre départ, j’avais pu participer à une conférence avec Mme Hashizume, survivante de la bombe et auteur du livre témoignage sur Hiroshima : « Le jour où le soleil est tombé… J’avais quatorze ans à Hiroshima« .

Au plus loin dans les salles, des décombres exposés, les horreurs du passé. des morceaux de tissus, des vêtements, des déformations sur les briques, sur les tuiles, sur les gens. Les statues qui représentent les survivants, les habits et la peau en lambeau. Les survivants courraient vers les eaux, brulés à vif, cherchant désespérément de quoi soulager ses plaies mais mort ensuite à cause d’une eau contaminée. Une visite qui ouvre l’esprit, découverte avec humilité, compassion et étonnement : Les japonais ont fait la paix, ils n’en veulent pas aux Américains, signe de sagesse exemplaire.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.